L’effet de l’alcool sur la prise de masse musculaire
Que vous soyez un consommateur régulier ou occasionnel, des études ont prouvé que l’abus de l’alcool nuit véritablement à vos performances sportives. Pour ceux qui souhaitent prendre des muscles, retenez une fois pour toutes qu’alcool et musculation ne font pas bon ménage. Pour plus d’informations sur les effets de l’alcool sur la prise de masse musculaire, lisez l’actualité de Julien Venesson sur la nutrition du sportif.

L’alcool réduit la production du taux de testostérone

La testostérone est une hormone qui a un rôle déterminant sur la force et la croissance musculaire. Autant dire que l’alcool et la pratique sportive ne collaborent pas en raison des dispositions de ce dernier à diminuer la production de testostérone. Ainsi, lorsque votre taux de testostérone baisse, cela devient beaucoup plus difficile de prendre de la masse musculaire. Dans le cadre d’une étude, il a été démontré que la consommation d’une dose de 10 bières diminuait le niveau de testostérone de 23 % plusieurs heures après le début de l’administration. Idem pour une consommation modérée d’environ 35 grammes d’alcool journalier sur plusieurs jours. La baisse moyenne qui résultait de cette consommation tournait autour de 7 %. En revanche, précisons que le résultat n’est pas le même à un faible taux de consommation. Toutefois, si vous faites de la compétition, évitez de consommer de l’alcool, car chaque petite goutte vous éloigne de vos objectifs et de votre victoire.

Alcool musculation : impacte sur la croissance musculaire

L’alcool, ingurgité à répétition entraîne des déséquilibres du cycle de sommeil, qui eux aussi à leur tour risquent d’agir sur la production des hormones de croissance. L’organisme épuisé aura de plus en plus de mal à être productif et va donc puiser dans vos réserves musculaires. Toutes les fois que vous buvez de l’alcool, vous avalez des calories qui ne sont pas compatibles avec vos activités sportives. En effet, lorsque le corps n’a pas une bonne récupération, il s’affaiblit et l’on dépérit à vue d’œil. Par ailleurs, le gain de muscles dépend de la relation entre la fabrication des protéines musculaires (anabolisme) et la dégradation des protéines musculaires (catabolisme). En réalité, l’alcool fait baisser la croissance musculaire en supprimant la synthèse des protéines musculaires. Ceci a pour conséquence, le solde net en faveur de la perte musculaire. Si votre organisme perd plus de muscle qu’il n’en construit, vous n’arriverez jamais à bâtir votre masse musculaire. Il faut savoir que l’alcool consommé après un entraînement augmente les effets néfastes sur les résultats escomptés. Sachez que le fait de boire après un entraînement renforce l’effet catabolisant.

L’alcool fait prendre des kilos

L’alcool est une substance néfaste que l’organisme considère comme un poison. Si vous souhaitez éliminer les corps gras, il doit être l’un de vos pires ennemis. Bien que les lipides soient les macronutriments les plus caloriques, l’alcool est le second. La différence est que les lipides jouent un rôle dans la constitution des membranes cellulaires et sont utiles pour le stockage de l’énergie, alors que les boissons fortes fournissent des calories vides qui ne servent à rien. En réalité, cette substance contribue à emmagasiner des corps gras, car chaque gorgée représente un certain nombre de calories. Dès qu’il entre dans le corps, le processus de lipolyse s’arrête et le système métabolique n’arrive plus à déstocker la masse adipeuse. L’alcool qui est consommé va être transformé en acétate dans le foie (constituant de l’acide acétique). Le corps va premièrement se servir de cet acétate pour constituer son énergie au lieu d’utiliser les graisses. En lieu et place, l’organisme s’occupe plutôt de traiter l’alcool qui circule dans le sang. Si donc vous êtes un athlète voulant prendre de la masse, les liqueurs sont déconseillées. Dans ce cas, il risque de se transformer en graisse puisqu’il empêche l’oxydation des graisses et favorise le stockage des aliments dans les réserves graisseuses.

L’alcool affecte le moral

L’alcool agit sur les nerfs et le cerveau. Bien qu’il ait tendance à rendre parfois plus gai, il peut parfois malheureusement démotiver ou perturber l’humeur. Si vous consommez un verre de liqueur avant d’aller au sport, vous pouvez ressentir une baisse de performance. Il diminue aussi la force en empêchant l’absorption des substances vitales de l’organisme telles que le potassium, les protéines, les glucides et les lipides. Ainsi, un pratiquant de musculation peut perdre l’envie d’aller s’entraîner ou avoir le moral à zéro s’il a bu de l’alcool la veille de son entraînement. Si cette consommation est régulière, elle risque fort d’influencer vos résultats de musculation à moyen ou à long terme. De plus, l’alcool augmente la sécrétion du cortisol qui est une hormone qui favorise le stress et dégrade la croissance des muscles. Tout ceci peut entraîner un état dépressif.